Guide du collectionneur Paul Bocuse. Inventaire des objets culte avec Alain Vavro

15 février, 2023 | PATRIMOINE | 1 commentaire

Texte : Odile Mattei et Marco Polisson – Pendant trente ans, le designer Alain Vavro (son portrait ici) a été le designer et le confident numéro 1 de Paul Bocuse pour lequel il a créé des cent aines d’objets. Pour Lyon People, il a sorti son impressionnante collection.

Série de 3 coffrets « dinette » avec assiettes, couverts et service à café, des plats à gâteaux étamés à l’intérieur pour aller au four à une température de 140°. Les 2 coffrets accompagnés d’un tablier et d’une toque, pour cuisiner comme un vrai chef !

Coffrets « dinette » destinés aux magasins de jouets en 1979. Une version en simple cartonnage était vendue par la Redoute. Ces coffrets édités par les jouets JEM, implantés à la Croix-Rousse. Une création d’Yves Orriccioni avec la participation des petits-enfants de Monsieur Paul (photos du coffret).

Jusqu’à l’édition des Bocuse d’Or 2001, le trophée était une compression de César, composée de couverts et de toutes les décorations qu’avait obtenues Paul Bocuse. Suite à des problèmes avec les ayant droit de César, Alain Vavro et Paul Bocuse demandent à Christine Delessert de modeler un Bocuse debout sur un globe terrestre. Il existe depuis les 3 trophées, l’or, l’argent et le bronze.

Cet objet en pâte à sel modelé en 1994 a été offert à Paul Bocuse par l’artiste Catherine Baillaud, qui l’a donné quelques années plus tard à son fidèle ami, Alain Vavro.

Sur une idée de Patricia Zizza, et conçue par Alain Vavro, cette auberge miniature en porcelaine a été offerte à chaque invité lors des 80 ans de Monsieur Paul et placée dans leur chambre de l’Hôtel de Paris à Monaco. Elle n’a été fabriquée qu’à 300 exemplaires d’où sa rareté sur internet, où un modèle est proposé à 800 euros.

Cet ours en peluche Steiff posé sur son sac illustré par Alain Vavro, a été édité à 251 exemplaires dans le monde a l’occasion des Bocuse d’Or 2003. Vendu dans des boutiques.

Le petit journal du SIRHA
Le Petit journal du Bocuse d’or, était édité pendant les 5 jours du SIRHA par Alain Vavro et Jean Francois Mesplède journaliste gastronomique. Ils se sont bien amusés pour la réalisation de l’édition 1997 ; Paul Bocuse, le visage maquillé en doré, vêtu d’un habit de chef confectionné par la mère d’Alain en tissu or, la mise en scène pour les unes des 5 numéros, étaient signées du photographe Etienne Heimermann. Paul Bocuse aimait les blagues, l’humour la dérision, le spectacle, en voici la preuve.

En 2009, le guide Michelin a demandé aux chefs étoilés de leur envoyer une couverture personnalisée pour une exposition anniversaire du guide, à Paris. Paul Bocuse, fan de Edith Piaf, choisit l’inscription « la vie en rouge ».

Pour fêter les 40 ans d’étoiles Michelin, les Vavro et Paul Bocuse demandèrent à la maison Revol d’éditer une cassolette en porcelaine de 8 cm. Elle fut offerte aux invités lors du diner de gala à l’Abbaye.

Le chef du siècle depuis longtemps avait le souhait d’éditer l’Auberge en boule neigeuse, mais cette réalisation n’a pu se concrétiser que pour les vœux de 2020.Elle a été fabriquée à Oyonnax.

Lors du fameux repas à l’Elysée en 1975, le chef 3 * décoré de la Légion d’honneur, dit au Président Giscard d’Estaing « pour attaquer la soupe aux truffes il faut d’abord casser la croûte ». En 1990, les deux complices créatifs ont fait fabriquer par Pillivuyt une fausse croûte débordant de la soupière. La vraie soupe VGE coiffée d’une pâte feuilletée est toujours sur la carte du restaurant gastronomique. Les mises à prix sur internet peuvent grimper à 3000 euros !

Des soupières personnalisées ont été souvent éditées pour un événement particulier. C’est le cas de celle-ci, fabriquée pour les 60 ans du milliardaire américain Edgar Bronfman (patron de SEAGRAM). Paul Bocuse allait régulièrement aux USA où est installé son fils Jérôme.

Ce fourgon Mercedes Benz avec sa boite, a été tiré à 300 exemplaires par Corgi en 1991. Et c’est Blaise Vavro qui posa à la main les décalcomanies sur chaque véhicule, vendus au restaurant. Le prototype du fourgon est au premier plan.

Acadiane Citroën fabriquée par Majorette en 1985. La « vraie » existe toujours, on peut l’apercevoir dans le garage de l’Abbaye. Designer Yves Orriccioni. Il faut compter 80/90 euros pour se l’offrir sur internet.

Une Citroën C4 et une Ford V8, deux camionnettes Solido estampillées Bocuse. « C’est celle de mon grand-père », disait Monsieur Paul, ce dont doute fortement Alain Vavro. Des voitures de collection qui véhiculent de la pub pour l’Auberge en France et à l’étranger.

Maurice Opinel, ami de Paul Bocuse, sortit de son usine de Chambéry, une série spéciale « Opinel révolutionnaire Paul Bocuse » en 1989 et des « Opinel Marrakech » à l’occasion des 70 ans du Maître, fêtés en 1996 à Marrakech.

Jolie boite à pin’s en forme d’écrin renfermant une série de 7 pin’s édités par la société Spot et « l’Auberge » d’après le dessin d’Alain Vavro et édité par Arthus Bertrand.

Les membres du personnel de salle du restaurant gastronomique Bocuse portent une broche avec leur prénom gravé. Celle que nous vous présentons appartenait à Francois Pipala, MOF 1993 arts de la table, et directeur de salle à l’Auberge jusqu’en 2020.

Le plus petit livre Paul Bocuse du monde, par Auger Huet, éditeur de la série « les princes de la gourmandise ». Paul Bocuse avait trouvé l’idée formidable.

Rare trophée du Bocuse d’Or en clé USB, coulé en plastique doré

Broches en porcelaine éditées de 2003 à 2015 par Villeroy & Boch représentant l’assiette du Bocuse d’Or réduite à 3 cm. Un succès fou au SIRHA.

Les assiettes du Bocuse d’Or

Très prisées des collectionneurs, les assiettes Bocuse d’or existent depuis 1989. Il s’agit toujours d’un travail collectif : les Vavro crayonnaient et Paul Bocuse donnait son avis, échangeait puis décidait. A chaque SIRHA, 3000 exemplaires étaient édités par Villeroy & Boch : 1000 offertes lors du grand repas de clôture du Bocuse d’or et les 2000 autres vendues. En 2021, la direction du SIRHA change de porcelainier. C’est désormais Bernardaud qui officie avec un nouveau designer, mais sans succès… Compter entre 30 et 50 euros pour une assiette en bon état.

Trois assiettes Bocuse d’or de 2009, la première : la maquette, la deuxième : le prototype Villeroy & Boch et la troisième : la réalisation finale. Le doré a disparu, techniquement très compliqué, manque de temps, et de budget.

Par : <a href="https://dev.lyonpeople.com/author/cof4" target="_self">cof4</a>

Par : cof4

epuis 2002, CO-F4, agence spécialisée dans la création de sites Internet à Lyon et la création graphique, accompagne de nombreux clients grâce à une équipe capable de répondre à toutes vos demandes en matière de communication Web & Print.

1 Commentaire

  1. Houppermans

    est ce qu’il y a eu une assiette 2023 créé pour le Bocuse d’or ???

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

mardi 28 mai

Saint Eric


Recevez la newsletter

Restez informés en temps réels !

INSCRIPTION NEWSLETTER

Nous suivre

View More Results…