Lyon. Après le saccage de sa mairie et de ses commerces, la Croix-Rousse panse ses plaies

19 mars, 2023 | DERNIERE MINUTE | 2 commentaires

Texte : Marco Polisson – Ce dimanche matin, au Marché de la Croix-Rousse, badauds et forains se repassaient en boucle les violences et les actes de vandalisme des militants d’extrême gauche, vendredi soir.

Les faits : à l’appel des organisateurs d’une « manifestation spontanée » contre l’adoption de la réforme des retraites avec le 49.3, des centaines de jeunes anars, gauchistes, écolos, insoumis quittent les squats, les bars associatifs et leur chicha party pour se rendre sur la place des Terreaux, où les policiers, totalement débordés la veille, les attendaient de pied ferme.

Les forces de l’ordre, humiliées le soir précédent, font enfin preuve de réactivité pour éviter un nouveau saccage de l’Hôtel de Ville. Repoussés vers les pentes, les jeunes gauchistes se retrouvent sur le boulevard de la Croix-Rousse pour donner libre cours à leurs pulsions destructrices, revendiquées sur twitter par les comptes « Groupe Antifa Lyon » et « Bismuth Back », la chaine info live des casseurs.

Première cible du cortège : la Mairie du 4ème arrondissement. Pavés, bouteilles, mortiers : ses vitres volent en éclat tandis que des pyromanes incendient l’entrée du bâtiment recouvert de tags et d’inscriptions de haute volée intellectuelle. Les CRS se révèlent incapables de protéger les lieux, tandis que les casseurs se déchainent sur le boulevard de la Croix-Rousse où une vingtaine de commerces sont vandalisés.

Le maire écologiste du 4ème, Rémi Zinck et son directeur de cabinet s’enferment dans la mairie au moment des faits, vite rejoints par David Kimelfeld, maire PS de la Croix-Rousse de 2011 à 2020, toujours très attaché au quartier où il réside. « J’ai été surpris de ne trouver que ces deux personnes. Habituellement, il est d’usage que tous les adjoints débarquent pour apporter leur soutien » nous révèle l’ancien président de la Métropole de Lyon.

Les vitrines de l’agence MACIF Croix Rousse et celles du LCL ont résisté aux projectiles. Des  cas isolés.

Au cours de la nuit, du mobilier urbain, des sucettes JC Decaux, ont été détruits, les poubelles incendiées. En descendant en courant vers le cours du général Giraud, les casseurs gauchistes vont, de façon systématique, briser les vitrines, piller et vandaliser les devantures des enseignes bancaires, des compagnies d’assurance ou des agences immobilières, symboles de l’odieuse répression capitaliste.

Ils vandalisent leur propre agence bancaire…

Le plus risible, dans ce cas de figure, est d’ordre statistique : il est évident que les bobos présents parmi eux ont vandalisé leur propre compagnie d’assurance ou leur agence bancaire, là même où l’Etat providence verse, chaque mois, leurs allocations d’assistés qu’ils vont récupérer en petites coupures pour acheter leur ration d’herbe ou se payer une barrette de chichon. Plus pathétique, tu meurs.

Nos intrépides Che Guevara RSA ont tenté de remettre le couvert, samedi soir, avec pour point de rendez-vous la très chic place Lyautey, et pour mission de « traquer les bourgeois » et de piller les boutiques de luxe. Leur appel à la manifestation a entrainé l’annulation de la grande opération écolo de ramassage de mégots conduite par Pascal Blache, maire de Lyon 6ème.

Vers 20h, alors que 400 zombies avaient traversé le pont Morand, les gendarmes mobiles qui les attendaient leur ont réservé un accueil détonnant à coups de sommations et de grenades de gaz lacrymogène. Les jeunes gauchistes ont détallé comme des lapins et n’ont pu répéter leurs forfaits de la veille. Quand la volonté politique est là, ça se voit !

On retiendra de cet épisode de violence que la ville apaisée du pompier-pyromane Doucet – promoteur de la résistance passive des activistes – est un concept en ruines. Ce nouveau tempo politique s’avère catastrophique pour l’éphé(maire) de Lyon, dont les mairies ont été attaqués par ses alliés d’ultra gauche, ce qui est parfaitement risible. Ses maladroits propos au sujet des « bâtiments publics » ne feront que l’enterrer un peu plus.


Leurs exploits en images :

De la haute littérature sur la façade du collège La Tourette

Les sucettes Decaux (dont les recettes publicitaires financent leurs Vélo’V) sont fracassées

 

Au 85, boulevard de la Croix-Rousse, l’agence Angèle Immobilier a été pillée. Un vigile montait encore la garde samedi soir. – Place Sathonay, l’agence Century 21 a été également pillée et dévastée.

Au 101, les vitres de l’agence MMA Croix Rousse ont été brisées. Les bobos-vélos viennent constater les dégâts

Les vitrines de l’agence MACIF bien impactées

Au 115, le cabinet Balland à l’enseigne BIP a été vandalisé. Tout comme l’agence immobilière ORPI Croix Rousse qui est mitoyenne

Abribus TCL vandalisé

Les dégâts de la Mairie du 4ème n’ont pas encore été chiffrés. Sur les chaines info, on n’a pas senti le maire écolo traumatisé.

Au 124, les vitres blindées de la Caisse d’Epargne ont résisté aux projectiles

« Les riches volent »… peut-être, mais les slogans ne volent pas haut !

Au 136, vitres cassées pour l’agence GMF Croix-Rousse

Vitrines entièrement brisée pour sa voisine, l’agence MAAF Croix-Rousse

Au 138, la vitrine de l’agence Human Immobilier a résisté aux casseurs

Au 155, vitrines endommagées et tags anarchistes pour l’agence Groupama

Ses voisins de FNAIM Kapital Transactions ont eu plus de chance. Leur vitrine a été « seulement rayée »

Au 158, l’agence MACIF a fermé ses portes pendant deux jours

Au 156, vitrines endommagées pour la compagnie d’assurances ASSU 2000 Croix Rousse

Sucette Decaux partie en sucette… (facile)

Le distributeur de billets de l’agence LCL Croix Rousse a été pulvérisé

La façade de l’hôtel particulier du 88 a été taguée

Ces actes de vandalisme (ici l’agence Generali) ont été revendiqués sur les comptes de l’extrême gauche

Par : <a href="https://dev.lyonpeople.com/author/cof4" target="_self">cof4</a>

Par : cof4

epuis 2002, CO-F4, agence spécialisée dans la création de sites Internet à Lyon et la création graphique, accompagne de nombreux clients grâce à une équipe capable de répondre à toutes vos demandes en matière de communication Web & Print.

2 Commentaires

  1. Anonyme

    Éphémère peut-être pas
    À Grenoble on sait hélas ce qu il en est
    A la faveur du Covid on a doublé la ise et … c est de pire en pire

    Réponse
  2. PEDRO DE LA x-ROUSSe

    Ces attaques scandaleuses ne doivent pas faire oublier la dégradation générale de la sécurité au quotidien à la Croix-Rousse depuis l’arrivée des écolos à la mairie : attaques en bandes organisées des immeubles résidentiels de la Rue Chazière, zone de non droit autour des tours Pernon, attaque de nombreux commerces, vols de voitures sur le plateau, poste de police qui refuse d’enregistrer les plaintes… La Mairie a beau nier cette situation, les habitants sont fatigués qu’un quartier autrefois paisible se dégrade de jour en jour ! Quand on s’adresse à la mairie, on nous répond que des médiateurs sont présents sur le terrain. Il serait préférable d’installer enfin des caméras et d’avoir une présence policière renforcée.

    En ce qui concerne le maire d’arrondissement, rappelons qu’il se réjouit quand de la soupe est jetée sur des ouvres d’art, et qu’il trouve que les tags font partie de l’esprit rebelle croix-roussien. Avec des tels messages comment ne pas encourager les dégradations ?

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour SIGNALER UN ABUS
Vous pouvez nous adresser un email afin de signaler un contenu. Merci de préciser l’adresse de la page dans votre email. Votre signalement sera pris en compte au plus tôt.

mardi 28 mai

Saint Eric


Recevez la newsletter

Restez informés en temps réels !

INSCRIPTION NEWSLETTER

Nous suivre

View More Results…